Réouverture officielle du palais de justice de Britselei

Le palais de justice Britselei à Anvers a officiellement rouvert ses portes après trois ans de restauration et de rénovation.

Au cours des trois dernières années, le bâtiment monumental a été entièrement restauré et rénové. Le bâtiment répond désormais à toutes les exigences contemporaines d'un palais de justice (sécurité, confort, efficacité énergétique, etc.), tandis que la conception originale de l'architecte Lode Baeckelmans a été restaurée. 

Le bâtiment étant devenu trop petit pour les services judiciaires anversois, ceux-ci ont déménagé en 2006 dans de nouveaux locaux situés sur la Bolivarplaats. La dernière salle d'assises sur la Britselei a eu lieu en 2016. Depuis lors, l'avenir de l'ancien palais de justice monumental n'est pas clair.

Études préliminaires 

L'équipe de conception TV OGA - une association temporaire des bureaux de conception et d'étude HUB, Origin, Bureau Bouwtechniek et RCR - a été chargée d'élaborer un plan directeur pour le palais de justice, qui accueillera la cour d'appel, le parquet général, le tribunal du travail, le bureau de l'auditeur général et la cour d'assises d'Anvers.

Cela a donné lieu à une étude intégrée et à une conception visant à restaurer le bâtiment tout en respectant sa valeur patrimoniale et en répondant aux besoins contemporains du service public fédéral de la justice. Cela a nécessité une étude historique du bâtiment et une étude matérielle et technique. Le bâtiment ayant été protégé comme monument en 1997, le dossier de conception a été élaboré en concertation avec l'Agence du patrimoine. 

Les travaux de restauration devaient préparer le bâtiment à une nouvelle ère, avec un meilleur confort pour les utilisateurs, une réduction de la consommation d'énergie et une adaptation à la Cour d'appel. Tout cela sans porter atteinte à la dignité et à la monumentalité du bâtiment.

Symbiose du neuf et de l'ancien 

La restauration de la structure originale du bâtiment a été à la base de la philosophie d'intervention et de la conception finale. Dans le même temps, le confort des utilisateurs et la restauration de la lumière du jour, la durabilité et la sécurité étaient également primordiaux.

Le décloisonnement des corniches historiques de part et d'autre de la salle d'assises améliore l'éclairage et la vue sur les espaces environnants et rétablit la morphologie d'origine. L'ajout d'une salle d'audience supplémentaire pour la chambre des mises en accusation a été réalisé de manière à ce que la cour d'origine reste lisible.

L'impressionnante ancienne salle d'assises a été réaffectée en salle d'audience polyvalente et solennelle.

Le grenier a été démantelé jusqu'à la structure porteuse en béton pour faire place à des espaces de bureaux de haute qualité avec un toit nouvellement isolé et une nouvelle façade à haute performance sur la zone intérieure.

Les espaces historiques situés au-dessus de la salle des pas perdus ont été réaménagés en espaces communautaires: le réfectoire du personnel, une bibliothèque et une salle de réunion spacieuse qui peut également être utilisée comme centre de crise.

La sécurité au premier plan

Les voies de circulation du public, de la police, des magistrats et du personnel sont désormais séparées dans le palais de justice, ce qui améliore la sécurité.

Un pavillon a été érigé dans le jardin avant du côté de la rue Anselm, où les détenus peuvent être amenés et sortis par des voitures cellulaires de manière sûre et discrète. Le pavillon est constitué d'une structure métallique réversible détachée du bâtiment historique.

Efficacité énergétique et réutilisation des matériaux 

Le projet de restauration a été l'occasion de moderniser le palais de justice en termes d'efficacité énergétique et d'ergonomie, afin de préparer le bâtiment à une nouvelle ère. Compte tenu de son caractère monumental, cela a nécessité une approche spécifique adaptée au bâtiment :

  • les toitures ont été isolées  
  • les menuiseries extérieures ont été remplacées par des menuiseries performantes, dans le respect de l'aspect historique 
  • des techniques durables ont été intégrées au bâtiment, ce qui a permis d'améliorer son efficacité énergétique  
  • certains toits plats ont été dotés d'une toiture végétalisée (plus de 2 000 m²) 
  • les matériaux et le mobilier ont été récupérés dans la mesure du possible et réutilisés ailleurs dans le bâtiment. 

À partir de septembre 2023, les assises se tiendront à nouveau à la Britselei. Ensuite, les services de la cour d'appel, du tribunal du travail et du bureau du procureur général déménageront progressivement dans le bâtiment.

Plus sur le projet

Photo's

Cliquez sur une photo pour l'agrandir